Recensement

Depuis le 1er janvier 1999, tous les jeunes de nationalité française, garçons et filles, doivent se faire recenser à la mairie de leur domicile. Ils sont ensuite convoqués à une journée défense et citoyenneté.

Publié le – Mis à jour le

Qu'est-ce que la retenue pour vérification du droit au séjour d'un étranger ?

Un étranger qui séjourne en France doit pouvoir justifier qu'il a le droit de circuler sur le territoire français. En cas de contrôle de titre de séjour ou de contrôle d'identité, l'étranger doit pouvoir présenter un visa en cours de validité, une carte de séjour ou tout autre document l'autorisant à séjourner en France. S'il est dans l’incapacité de fournir de tels justificatifs, il sera conduit et retenu dans un local de police ou de gendarmerie pour vérification de son droit au séjour. Dans quels cas cette retenue peut-elle être réalisée ? Nous faisons le point sur la règlementation.

    La retenue pour vérification du droit au séjour est une mesure administrative. Elle permet de retenir un étranger qui ne peut pas présenter son visa ou son titre de séjour (ou qui refuse de le faire).

    Elle peut intervenir à l'occasion d'un contrôle de titre de séjour ou d'un contrôle d'identité.

    Elle permet à la police de vérifier si l'étranger a le droit de séjourner en France.

    La retenue peut être suivie, si nécessaire, d'une mesure d'éloignement.

    À savoir

    Lorsqu'il s'agit d'un mineur, le procureur de la République doit être informé dès le début de la rétention. Sauf impossibilité, le mineur doit être assisté de son représentant légal.

    Seul un officier de police judiciaire peut décider de la retenue.

    Le procureur de la République est informé dès le début de la procédure.

    L'officier (ou l'agent de police judiciaire désigné) vérifie que l'étranger possède un document de séjour en cours de validité (passeport, visa, titre de séjour). L'étranger peut le présenter spontanément.

    Ses bagages et effets personnels peuvent être fouillés.

    Si l'étranger ne fournit aucun élément ou document, ses empreintes digitales ou des photographies peuvent être prises pour établir son droit au séjour.

    Un procès-verbal est rédigé. Il est transmis au procureur.

    L'étranger est invité à le signer, mais il peut refuser de le faire.

    À noter

    Le procureur peut mettre fin à la procédure à tout moment.

    L'étranger est retenu dans un local de police ou de gendarmerie.

    La durée de retenue varie en fonction du contrôle à l'origine de la mesure.

    La retenue pour contrôle d'identité est limitée à 4 heures maximum (à 8 heures à Mayotte et dans la collectivité territoriale de Guyane).

    Le temps passé pour effectuer ce contrôle d'identité viendra diminuer d'autant la durée maximale de la retenue pour le contrôle du titre de séjour (qui est de 24 heures maximum).

      La retenue pour le contrôle du titre de séjour est limitée à 24 heures.

      Cette durée doit permettre l'examen complet de la situation de l'étranger.

        Dès le début de la procédure, l'étranger doit être informé, par l'officier de police judiciaire, des motifs de la retenue et de sa durée maximum.

        Cette information lui est donnée dans une langue qu'il comprend ou qu'il est supposé comprendre.

        L'étranger est également informé sur les droits suivants :

        • Être assisté par un interprète

        • Être assisté par un avocat (choisi par lui ou commis d'office) et s'entretenir avec lui dès son arrivée

        • Être examiné par un médecin

        • Prévenir à tout moment sa famille et, s'il est responsable de mineurs, disposer de contact pour leur prise en charge

        • Avertir les autorités consulaires de son pays

        • Faire aviser le procureur de la République de la vérification dont il fait l'objet

        L'étranger peut demander à son avocat d'assister aux auditions.

        L'avocat doit être présent dans l'heure où il a été informé.

        La 1re audition peut débuter sans l'avocat si elle porte sur le contrôle d'identité du retenu.

        L'issue de la retenue peut être différente en fonction des constatations effectuées.

        L'officier de police judiciaire peut décider :

        • Soit de libérer l'étranger (s'il est constaté qu'il est en séjour régulier ou que sa demande de titre de séjour est en cours d'examen)

        • Soit de prononcer un placement en centre de rétention ou une assignation à résidence si une mesure d'éloignement est décidée

        • Soit de placer l'étranger en garde à vue, notamment en cas de délit de maintien irrégulier (étranger faisant l'objet d'une décision d'éloignement définitive, mais qui reste en France sans motif légitime)